La raison d'être ? Quand l'effet intérieur se voit à l'extérieur...

Comme la publicité du yaourt au bifidus ! … Oui je sais, navrée la comparaison n’est pas très élégante.
Une raison d’être est une démarche intérieure qui se verra ensuite à l’extérieur.
Démonstration juste ici.

Une amie et consœur que j’adore m’a récemment rapporté avoir répondu « on n’a pas besoin d‘une raison pour être », à un client entrepreneur solo qui s’attristait de ne pas parvenir à formuler la sienne. Ok pour cette approche philosophique et littérale de la raison d’être, qui m’a fait sourire sans retenue.

 

Être sans raison !

Je suis persuadée que vous êtes nombreux à penser sans trop le dire que toutes ces entreprises ont fonctionné sans raison d’être et que c’est encore un truc de verbeux- consultants- communicants qui ont trouvé là une occasion prétentieuse de mobiliser quelques honoraires supplémentaires auprès de celles qui créent vraiment de la valeur (soit, les entreprises).

 

Vous pourriez continuer en soulignant que la chance de ces « consultants verbeux » aura été que Jean-Dominique Sénard et quelques autres grands soient venus porter et promouvoir cette démarche de toute leur conviction de grand patrons visionnaires. Comme prescripteur, difficile de faire mieux.

 

Bref, vous pensez que ce n’est pas forcément néfaste mais que c’est probablement une mode qui va passer. Une nouvelle tendance accessoirement réservée aux « gros ». Comme le principe d’aller cueillir ses légumes dans les champs cultivés pour les urbains en manque de contact avec la terre : une pratique fort sympathique, contagieuses dans certaines sphères, mais éphémère. On devine que l’habitude tiendra au mieux jusqu’à la fin des jeunes années de leurs enfants…

 

Une touche de girly dans un monde de violence !!

De quoi est-il question ? Je ne resterai pas longtemps sur le terme « raison d‘être». Expression assez jolie mais un peu décalée dans l’univers des entreprises, pétries de labels et de certifications, baignées dans la performance et les KPI, cernées par les règlementations en tout genre et alors que la seule loi demeure celle du marché c’est à dire de l’offre et de la demande sans oublier quand même l’éternelle concurrence que l’on surveille de près.

Évidemment, la formule “raison d’être” incite à la caricature et beaucoup vous diront que leur première raison d’être est de dépasser la rentabilité pour continuer d’être.

 

De jolies phrases les unes avec les autres.

Passons sur le mot et venons-en au descriptif. La raison d’être se présente comme un texte concis un socle fait de quelques mots. Des lignes profondément pensées et construites avec les équipes et avec précision. A priori rien de bien formidable. Et pourtant.

Une des caractéristiques de la raison d’être est que son intérêt ne peut être compris ou mesuré en l’observant de manière naturaliste. Elle serait indescriptible pour l’observateur extérieur et pourtant si puissante ?.. On peine à le croire. Pourtant, avez-vous déjà décrit une pensée ou une intention ? Essayez d’expliquer ce que c’est. Vous verrez, ça sonne plat. Plutôt que de décrire cette intention, portez-là et vous en verrez les effets tout autour de vous.

Expérience intérieure

Cas de figure dans la vie courante. Vous connaissez sans doute un proche qui a des difficultés récurrentes à faire des choix dans sa vie. Il réfléchit à chaque fois. Ses décisions sont ardues. D’ailleurs, vous qui le connaissez assez bien, devinez souvent avant lui ce qu’il va choisir. Si cette personne avait trouvé le sens qu’elle donne à sa vie et verbalisé l’idée force qui la fait se lever le matin, ces quelques phrases toutes simples représentant cette connaissance conscientisée d’elle même, lui amènerait de profondes améliorations et probablement plus de sérénité notamment pour choisir. Or les mêmes phrases n’auraient que peu d’effet sur vous.

 

La transposition  à l’échelle de l’entreprise tient en ce que la raison d’être s’apparente à une forme d’introspection salvatrice.

Travailler à sa raison d’être, c’est traduire le rôle de l’entreprise dans son monde et le sens donné à l’activité qui y est effectuée. Elle n’est pas une décision impériale ni même des lignes joliment rédigées. Elle ne se décrète pas, ni même ne se décrit. La raison d’être se construit avec les acteurs et surtout, elle se vit. D’abord de l’intérieur, au sein de l’entreprise.

 

De l’intérieur vers à l’extérieur

Revenons sur l’exemple de votre proche qui aura effectué un travail sur lui pour clarifier ses valeurs et la direction de sa vie. Que de changements visibles ! Vous serez impressionné non pas de l’introspection menée (affaire privée !), mais des effets visibles sur sa vie. Vous constaterez comme il est mieux, plus à l’aise en diverses situations : plus ouvert, plus agréable, plus séduisant sans doute aussi. Que d’énergie mieux employée : celle jusque-là mobilisée à atteindre un équilibre intérieur se trouve orientée et décuplée en direction de son entourage.

La raison d’être pour l’entreprise agit de même. Et là encore, le bénéfice est d’abord interne.

Configurations changeantes, décisions en cascades, multiples acteurs et jeux d’acteurs qui coexistent, enjeux évolutifs et contradictoires… l’entreprise est le terrain idéal pour mobiliser à outrance les énergies de manière infinie. La recherche de sens de l’entreprise va favoriser son meilleur fonctionnement, et réduire ses pertes énergétiques.

Cette raison d’être va agir ainsi comme un guide, un cap et un carburant pour grandir. Tous les acteurs de l’entreprise en bénéficient : gouvernance, manageurs, collaborateurs, fournisseurs, clients et partenaires. Ses impacts en sont nombreux, progressivement visibles de l’extérieur.

 

Spécifique, globale et à effets durables

Patrimoine immatériel de l’entreprise, la raison d’être sera unique, à la fois précise et globale. Spécifique à l’entreprise elle résonne en de nombreuses circonstances et à de multiples niveaux.

Elle consolide votre stratégie, inspire votre communication d‘entreprise. Elle favorise le recrutement des talents (marque-employeur). Elle singularise l’entreprise pour ce qu’elle est (bénéfice concurrentiel, notoriété, image perçue). Elle facilite la prise de décision à tous les niveaux (stratégiques et opérationnels). Enfin, elle accélère les échanges transversaux (innovation, agilité) et libère la prise d’initiatives (amélioration continue).

Bienvenue au cœur de la performance globale !

 

Essentielle ou accessoire ?

Soyons clairs, définir votre raison d’être n’est pas un enjeu de même niveau que d’avoir des produits à vendre et des clients pour acheter. Ce n’est pas de même niveau mais ce n’est pas non plus en concurrence. Plutôt en cohérence. En résonance.

La raison d’être est un moyen de faire mieux, plus loin et plus fort dans votre entreprise. C’est une direction (dirait ma prof de yoga) pour l’orienter vers le plus grand. Elle est essentielle, dans tous les sens du terme. Comment pourrait-on dire d’une recherche d’alignement qu’elle est accessoire ?

 

Effet d’aubaine

La quête de sens environnante inspirée par nos époustouflants milléniums, nous y pousse et change la donne du monde de l’entreprise. Ça tangue et ça bouge et sa désarçonne les vieux briscards que nous sommes. Agilité, innovation, transformation digitale, QVT, engagements, recrutements et gestion des talents : les vieux schémas ne tiennent plus devant de ces nouveaux défis et c’est tant mieux.

 

Je me réjouis de la forte influence de ces nouveaux entrants et que leur quête nous amène à cette nécessité de sens. Leur exigence sert la nôtre et sert l’entreprise.

 

Alors s’il vous plait, osez être ambitieux. A cette condition, la raison d‘être vous apportera bien plus qu’un slogan pour capter des recrues hésitantes…D’abord l’alignement ensuite les améliorations en tout genre. Le tout sans formule magique.

 

Allons-y ! Racontons l’énergie qui anime vos équipes, saisissons votre vision, partageons votre histoire. Elargissons-la. Donnez-vous ce temps essentiel de fondation. Donnons du sens et de la profondeur à votre entreprise en mouvement. Construisons cette démarche qui raconte à la fois l’intention, (le départ) et le cap (l’arrivée) de votre stratégie d’entreprise et qui insuffle une telle vitalité à votre communication interne et externe.
Pour faire grandir l’histoire et ceux qui la vivent.

Oh !
Je viens de vous écrire la mienne, dans la phrase juste au-dessus:)

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Racontez moi

Présentez votre meilleur prétexte pour engager la conversation. C’est promis, je réponds vite.

En cours d’envoi

Prétexte de Com est un site développé avec enthousiasme à "Lyon moins le quart".

2019 Prétexte de com - Tous droits réservés / Mentions Légales

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?